A+ A-

Restauration de la maison Labelle,

Saint-Joseph-du-Lac

 Ronald DuRepos, membre du Groupe-conseil de l’APMAQ et prix Thérèse-Romer 2006

La maison Labelle fut construite vers 1850 et a été la demeure de la famille Labelle jusqu’en 1956, date où la maison et la terre furent vendues à un résident de Montréal. Ce dernier n’a jamais habité la maison ; sa priorité était d’exploiter la terre à des fins agricoles. Pendant 60 ans, la maison n’a pas ou très peu été entretenue.

En novembre 2014, le propriétaire m’a approché pour me demander si j’étais intéressé à prendre en charge la restauration de la maison ; j’ai accepté le défi.

J’ai commencé par faire des plans à l’échelle et par énumérer toutes mes recommandations. Ces plans ont été soumis au CCU (Conseil Consultatif d’Urbanisme) de la ville et furent approuvés.

2016f

La maison avant restauration. Crédit photo : Ronald DuRepos

LE DÉBUT DES TRAVAUX

Pour pouvoir travailler à l’aise, il nous a fallu démolir la vieille cuisine d’été de même qu’une remise sur le point de s’écrouler.

Sur la maison, nous avons commencé par enlever le vieux crépi, refaire les joints, solidifier les pierres et restaurer une des deux cheminées qui risquait de s’écrouler à tout moment. Le perron, qui avait été fait entièrement de béton à une certaine époque, a été démoli pour être refait en bois, comme il se doit. L’avant-toit a dû être remis à niveau et être soutenu par de nouveaux poteaux de galerie façonnés selon les dimensions de l’époque et chanfreinés.

La toiture a demandé beaucoup de travail, elle coulait de partout. La tôle en place était tantôt à baguettes, tantôt ondulée, tantôt de facture industrielle. De ce fait, il a fallu remplacer la moitié des planches anciennes pour ensuite isoler la toiture par l’extérieur à l’uréthane giclé, pour conserver l’ambiance d’un grenier ancien avec sa charpente.

2016g

La maison après la restauration. Crédit photo : Ronald DuRepos.

Infolettre

L'infolettre, uniquement en version électronique, est publiée quatre fois l'an généralement entre deux publications de la revue La Lucarne. C'est un moyen de communication rapide et efficace permettant d'être au courant des activités, des événements majeurs et des primeurs de l'APMAQ.