A+ A-

La maison ronde passive

L’École secondaire Montcalm à Sherbrooke

Crédit photo : L’École secondaire Montcalm à Sherbrooke

La maison ronde solaire passive
Stéphanie Morissette,
membre du Comité de La Lucarne

L’orientation d’une maison en fonction du cours du soleil est un concept qui existe depuis la nuit des temps, mais dans l’histoire récente de l’architecture de nos maisons occidentales, l’utilisation de l’énergie solaire passive pour chauffer la maison, est un concept qui est revisité et développé avec l’architecture moderne dans les années 30 et 40. Les architectes américains Fred et William Keck ont développé des stratégies simples de construction pour aider leur client dans la diminution de leur facture d’énergie1.

En 1933, Fred Keck dessine la « maison de demain » (House of Tomorrow) pour le Century Progress Exposition à Chicago, une maison ronde entièrement vitrée et c’est à ce moment que l’architecte s’est rendu compte de la valeur de l’énergie solaire. Il étudiera et perfectionnera ce concept jusqu’en 1940 où il construira avec son frère la « Maison Sloan ». Le propriétaire, monsieur Howard Sloan l’appellera la « Maison Solaire » et donc en fera la promotion, étant lui-même développeur de propriétés2. Cette dernière est plutôt construite de forme rectangulaire, allongée pour maximiser l’exposition des pièces au soleil.

Entièrement vitrée face au sud, chaque pièce est chauffée par l’énergie solaire en hiver, alors que l’allongement de la toiture permet de garder les fenêtres à l’ombre en été selon l’angle du soleil durant cette saison. Pour la première fois, le gain en énergie solaire est calculé grâce à William Keck qui cherchait à prédire l’économie en frais d’énergie que le propriétaire allait réaliser. Ayant vérifié l’exactitude de ces calculs avec ses factures d’énergie (économie de 20%), Howard Sloan a saisi cette opportunité pour développer ces maisons à Glenview en Illinois aux É-U, à côté de sa maison modèle3. Il a ainsi popularisé la « Maison solaire », un concept repris par plusieurs autres architectes.

L’architecte Frank Lloyd Wright dessina une maison solaire en 1943-44 intitulée « Solar Hemicycle », en forme de demi-cercle pour imiter le cours du soleil. En 1950, l’architecte Arthur T. Brown dessine une maison solaire semi-circulaire, la « Maison Ball-Paylore », à Tucson en Arizona avec un aspect bien spécial : des auvents rotatifs permettant soit de créer de l’ombre pour la terrasse ou d’éviter le gain solaire dans certaines pièces de la maison, lorsque non nécessaire4.

On retrouve quelques bâtiments circulaires à Sherbrooke qui attirent la chaleur du soleil avec leur fenestration au sud; l’école secondaire Montcalm, la chapelle du centre d’hébergement Saint-Joseph et une résidence dodécagonale (12 côtés) construite en 1962 sur la rue Des Ormes dans l’arrondissement Jacques-Cartier.

Dès les années 30, des ingénieurs au Massachussets Institute of Technology furent également intéressés à développer des maisons chauffées par l’énergie du soleil5. L’intérêt pour les maisons solaires passives a fluctué au cours du siècle dernier en lien avec le coût de l’énergie. Aujourd’hui, de plus en plus de gens s’intéressent à ce type de construction afin d’économiser sur les frais de chauffage et de climatisation.

1 Denzer, Anthony, The Solar House, Pioneering sustainable design, Rizzoli internationapublications, New york, 256 pages. Page14.

2 Ibid.

3 Ibid, p.16.

4 Ibid, p.70.

5 Ibid, p.90.


Article tiré de La Lucarne, automne 2017 (vol. XXXVIII:4).

© APMAQ 2017. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Infolettre

L'infolettre, uniquement en version électronique, est publiée quatre fois l'an généralement entre deux publications de la revue La Lucarne. C'est un moyen de communication rapide et efficace permettant d'être au courant des activités, des événements majeurs et des primeurs de l'APMAQ.