A+ A-

Visite de l’APMAQ à Saint-Esprit

_MG_5797-Modif

Maison à Saint-Esprit. Crédit: Jerry Roy.

Le dimanche 28 juin, Saint-Esprit accueillait l’association des Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ). Malgré une température froide et pluvieuse, plus de 80 personnes provenant de partout au Québec ont pu contempler la beauté de Saint-Esprit et constater l’accueil chaleureux des spiritois et spiritoises.

La journée à débuté par une visite de notre belle église dans laquelle une exposition de photos anciennes était présentée. Après les discours de bienvenue de notre maire, qui explique les démarches et programmes mis en place dont des aides financières, pour la sauvegarde du patrimoine, du président de l’APMAQ et de moi-même, nous avons eu droit à un exposé historique sur l’histoire de Saint-Esprit par l’historienne Estelle Brisson, auteure du livre sur l’histoire de la paroisse de Saint-Esprit. Son exposé fut captivant, enrichissant et très apprécié par les visiteurs.

Par la suite, départ en autobus afin de visiter deux des plus anciennes maisons de Saint-Esprit. Une magnifique maison de pierre datant de 1805 dont l’aménagement intérieur en a impressionné plus d’un ainsi qu’une maison de pierre de 1837 ayant conservé ses caractéristiques originales telles un évier de fenêtre en pierre. Nous avons également fait connaître à nos visiteurs une architecture unique dans la région : la «maison-bloc». La « maison-bloc » dite aussi «en enfilade», se définit comme un ensemble architectural englobant les fonctions résidentielle et agricole dans une juxtaposition de bâtiments. Avec ce type d’organisation, il est possible de circuler d’un bâtiment à l’autre sans avoir à affronter les intempéries.

De retour au village, après un dîner avec projection de photos anciennes commentées par Gaston Robert, débuta le circuit piétonnier dans le village. En plus de la cinquantaine de maisons anciennes visibles le long du parcours, six (6) maisons furent visitées plus en détail à l’extérieur et l’intérieur.

  • Maison Néo-renaissance cubique entièrement restaurée ainsi que sa boutique à bois
  • Maison victorienne Queen-Ann avec ses grandes pièces, ses moulures abondantes et ses hauts plafonds
  • Maison Second Empire à mansarde qui retrouve actuellement sa beauté d’origine
  • Maison québécoise avec revêtement de tuile d’amiante unique
  • Maison québécoise typique avec son charme retrouvé grâce aux efforts de ses propriétaires
  • Maison Boomtown actuellement en restauration afin de lui redonner son éclat d’origine

Les propriétaires de ces maisons ont fait preuve d’une grande générosité. En plus d’accueillir toutes ces personnes, ils ont partagé l’histoire de leur maison ainsi que la description des travaux effectués ou à venir.

Le tout s’est terminé par un vin d’amitié et un goûter de mets régionaux afin de partager les coups de cœur de la journée et poursuivre les discussions avec les propriétaires.

Malgré la pluie, le vent et le froid, nos visiteurs avaient de larges sourires et n’avaient que des compliments. La journée fut un succès et les gens ont apprécié la beauté du village, son aspect fleuri, sa configuration unique, la multitude de maisons anciennes de qualité et bien conservées, l’accueil des gens de Saint-Esprit et l’organisation qui leur a permis de passer une journée formidable qui restera gravée dans leur mémoire. De nombreux visiteurs ne connaissent pas Saint-Esprit et se demandaient encore comment se fait –il qu’un si beau village ne soit pas plus connu. Pour reprendre leurs expressions,  c’est « un véritable joyau » et ils vont revenir régulièrement visiter Saint-Esprit.

Cette journée n’aurait pas été possible sans l’aide de nombreuses personnes qui ont participé à ce succès. J’aimerais donc remercier monsieur le maire Michel Brisson et la municipalité pour son aide logistique et financière, Bianca pour son temps, la fabrique de la Paroisse pour la disponibilité de l’église, Méga-animation pour le système audiovisuel, La Boustifaille et Halte routière pour l’excellent buffet à bon prix, nos quatre guides qui ont partagé leur savoir avec nos visiteurs (Gaston Robert, Estelle Brisson, Claude Majeau, Michel Brisson), les propriétaires des maisons qui ont accepté d’ouvrir leurs portes (Robert Rochon et Marielle Saint-Amour, ma conjointe Nathalie Perreault, Caroline Aubertin et Jean-Francois Demuy, Denis Leduc et Nicole Roy, Yvon Canuel et Diane Cyr, Marjorie Pitre et Marc-André Plourde, Francois Lachance et Nathalie Mercier, Pierre Lessard et sa conjointe ainsi que Monique Locat et son conjoint et finalement, les gens de Saint-Esprit pour leur accueil et pour avoir su protéger ce patrimoine si exceptionnel.

Pascal Rochon, urbaniste, membre de l’APMAQ

_________________________________

maison style québécoise

Maison de style québécoise à Saint-Esprit. Crédit: Luc Charron.

Bonjour à vous chers membres  de l’APMAQ. Je me présente, Guillaume Collin, 18 ans, du village de Saint-Esprit , ayant terminé une formation en ébénisterie récemment. Nous avons visité ensemble, malgré la pluie, des maisons de différents styles et de différentes époques.

L’historienne Estelle Brisson, native de Saint-Esprit, a évoqué l’histoire de la paroisse. Puis, nous avons visité, en quatre groupes, quelques unes des maisons les plus typiques hors et dans le village spiritois.

Parmi les plus vielles maisons, une maison de pierre de 1805 d’inspiration française a attiré l’attention de plusieurs, moi y compris.  Quand on dit «maison de 200 ans» dans l’histoire d’un pays de 400 ans, c’est vieux !  Cette magnifique maison contient plusieurs attributs qui témoignent d’un passé assez lointain. Notons 1) la présence d’une charpente française complexe, 2) la présence d’un guichet intégré à la muraille de pierres, 3) l’étage des combles, haut d’environ 18 pieds, et 4) l’asymétrie des ouvertures.  Somme toute, la visite de cette maison fut des plus intéressantes d’autant plus qu’elle a su allier restauration et adaptation au confort moderne.

Par la suite, nous avons fait la visite d’une autre maison de pierre dans le rang opposé, le rang Rivière-Sud.  Cette maison de 1828, de style québécois, se démarque entre autres par la présence d’un évier d’un seul morceau de pierre plate encastré dans l’allège d’une fenêtre arrière.  C’est une commodité très ancienne dont j’ignorais la présence dans ma paroisse.

Puis, nous sommes revenus au village où on a pu admirer une maison de styleSecond Empire (1880), dotée de pièces sur pièces de taille impressionnante dans le carré de la maison. Par la suite, on a visité une maison victorienne datant de 1900, une maison « boom town » aussi de 1900, une maison néo-renaissance cubique de 1914 et, enfin, deux maisons québécoises (1844 et 1870). L’épithète qui décrit le mieux ces deux dernières maisons citées est «chaleureux», avec des plafonds bas et un mélange de coloration ancienne et de bois vieilli dans les deux cas.  Par ailleurs, dans une maison victorienne de 1900, la mouluration était à couper le souffle.

Somme toute, ces visites ont permis de mieux comprendre l’évolution des styles et la richesse du patrimoine spiritois  Pour moi, de chacune de ces maisons émanait quelque chose de spécial, ce qui a dû faire plaisirs à bien des gens.  Personnellement, je fus étonné de voir les différents assemblages structuraux, les différentes moulurations et les différentes couleurs de ces maisons.  Je crois que, pour chaque visiteur, cette sortie  a  augmenté le bagage de ses connaissances. Pour les gens de Saint-Esprit  le but premier de cette expérience était peut-être de faire croître leur attachement envers leur patrimoine bâti et leur environnement, ce qui semble voir été réussi si l’on se fie à l’ardeur  et à la joie dont a fait preuve leur maire, monsieur Michel Brisson qui a participé à toutes les visites. Rappelons la qualité des documents produits pour nous guider.

Alors, un gros merci à M. Michel Brisson, à Mme Estelle Brisson, à M. Pascal Rochon et à sa conjointe ainsi qu’à tous les bénévoles qui ont œuvré pour réaliser cette mémorable journée.

Par Guillaume Collin, ébéniste

Infolettre

L'infolettre, uniquement en version électronique, est publiée quatre fois l'an généralement entre deux publications de la revue La Lucarne. C'est un moyen de communication rapide et efficace permettant d'être au courant des activités, des événements majeurs et des primeurs de l'APMAQ.