APMAQ http://www.maisons-anciennes.qc.ca L’APMAQ est au service de ses membres depuis plus de 35 ans afin de les accompagner dans leurs projets de maisons anciennes. Thu, 22 Jun 2017 14:22:00 +0000 fr-FR hourly 1 Tirage de billets de hockey : félicitations au gagnant! http://www.maisons-anciennes.qc.ca/nouvelles/tirage-de-billets-de-hockey-felicitations-gagnant/ Tue, 21 Mar 2017 18:33:03 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=9154/ M Jean Guy Morin a gagné les billets de hockey pour la joute du Canadien contre les Hurricanes. Ce concours était organisé conjointement par les Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ) et Lussier Dale Parizeau, Cabinet de services financiers. Félicitations à M Morin!

Cet article Tirage de billets de hockey : félicitations au gagnant! est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
M Jean Guy Morin a gagné les billets de hockey pour la joute du Canadien contre les Hurricanes.

Ce concours était organisé conjointement par les Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ) et Lussier Dale Parizeau, Cabinet de services financiers.

Félicitations à M Morin!

Cet article Tirage de billets de hockey : félicitations au gagnant! est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Restauration d’une maison de 1830 à Beaupré http://www.maisons-anciennes.qc.ca/lucarne/recits-de-restauration/hoffmann/ Sun, 30 Oct 2016 23:52:26 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=7110 Le récit de la restauration d’une maison ancestrale par Tara Lynn Hoffmann et Mathias Hoffmann Cliquez sur les photos illustrant ce récit pour les agrandir! La «Maison du docteur», comme on disait… La date de construction de notre maison se situe officiellement entre 1830 et 1850. Ceci dit, un de nos voisins, un vieux monsieur natif de... Voir l'article

Cet article Restauration d’une maison de 1830 à Beaupré est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Le récit de la restauration d’une maison ancestrale
par Tara Lynn Hoffmann et Mathias Hoffmann

Cliquez sur les photos illustrant ce récit pour les agrandir!

beaupre_hoffmann-mur-2ax - Photo: Tara Lynn Hofmann

La «Maison du docteur», comme on disait…

beaupre_hoffmann-mur-0x

Le mur du côté est, avant la restauration.

La date de construction de notre maison se situe officiellement entre 1830 et 1850. Ceci dit, un de nos voisins, un vieux monsieur natif de Beaupré, est sûr et certain que la maison a été bâtie en 1832. C’est une hypothèse soutenue par la chaîne de titres, le plus ancien remontant à 1835. Le recherche sur les origines de la maison n’est pas terminée.

C’est bizarre, mais l’histoire de cette maison est moins connue que celle des autres vieilles maisons dans les environs. C’est comme si la maison avait été oubliée : il faut dire qu’elle avait été bien délaissée par les anciens propriétaires. À notre connaissance, la maison ne figure dans aucune publication patrimoniale de la Côte-de-Beaupré.

beaupre_hoffmann-princesses-4x

Tara Lynn Hoffmann au travail.

Heureusement, depuis que le premier médecin de Beaupré a acheté la maison en 1897, on connaît très bien son histoire. Pendant environ cent ans, la maison était connue sous le nom de la « Maison du docteur », mais je ne veux pas encore utiliser ce nom, parce que je suis convaincue qu’il y avait un autre nom avant et j’attends d’avoir la chaîne complète des titres avant de prendre une décision. J’espère trouver dans la chaîne de titres ou un autre document une référence au nom d’origine de la maison.

– Tara Lynn Hoffmann, 2016.

La restauration du mur du côté est

beaupre_hoffmann-mur-1x

Mathias Hoffman s’attaque au vieux revêtement du mur du côté est.

Ida Hoffmann, une future princesse qui fait sa part…

Le vidéo des travaux extérieurs…

La restauration de la chambre des princesses

beaupre_hoffmann-princesses-1x

Princesse Ida au travail…

beaupre_hoffmann-princesses-6x

Le lambris d’origine découvert derrière le «nouveau» revêtement.

beaupre_hoffmann-princesses-3a

Le papa des princesses.

beaupre_hoffmann-princesses-5ax

La maman des princesses.

Le vidéo de la chambre des princesses…


iDocumentation fournie par Tara Lynn Hoffmann et mise en forme par François-Pierre Gingras, octobre 2016.


aussi

Consultez d’autres récits de restauration.


Partagez votre histoire de restauration!

Vous avez travaillé fort et retirez une certaine fierté de votre ouvrage? Faites profiter les amis des maisons anciennes de votre expérience de restauration!

Il suffit de nous écrire, en joignant des photos ou des vidéos.

Utilisez le courriel ou un un service gratuit de transfert de documents (par exemple, We Transfer).


© APMAQ 2016 pour la mise en page et © Tara Lynn Hoffmann 2016 pour les photos et les vidéos. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos, de vidéos ou du texte intégral de cette page.

Cet article Restauration d’une maison de 1830 à Beaupré est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Confessions du premier vendredi du mois http://www.maisons-anciennes.qc.ca/nouvelles/confessions-et-recits-insolites/confessions-du-premier-vendredi-du-mois/ Fri, 07 Oct 2016 12:00:39 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=4452 Plusieurs se rappelleront la pratique de la «confesse» – obligatoire! – du premier vendredi du mois pour bien des élèves des écoles catholiques québécoises. C’est en faisant un clin d’œil à cette pratique des générations anciennes que nous invitons les internautes à se «confesser» de leurs bonnes ou mauvaises actions (ou pensées) à saveur patrimoniale.... Voir l'article

Cet article Confessions du premier vendredi du mois est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
confessional-ssanne_xPlusieurs se rappelleront la pratique de la «confesse» – obligatoire! – du premier vendredi du mois pour bien des élèves des écoles catholiques québécoises.

C’est en faisant un clin d’œil à cette pratique des générations anciennes que nous invitons les internautes à se «confesser» de leurs bonnes ou mauvaises actions (ou pensées) à saveur patrimoniale.

Chaque mois, nous publions une «confession» sur notre page Facebook. Vous pouvez lire ces confessions en cliquant sur les liens ci-dessous.

 

 

 

 

 

Confession du premier vendredi du mois. Octobre 2016.

«Je me confesse d’avoir confondu la maison de May Villeneuve. Mais elle, je ne l’avais pas oubliée! »
– Madeleine Gagnon

Confession du premier vendredi du mois. Juillet 2016.

« J’ai la chance d’habiter dans la maison ancestrale de mes grands-parents et je me confesse d’avoir profité de notre Fête nationale pour exprimer au grand jour mon désaccord avec notre bêtise. »
–Éric Cornellier

Confession du premier vendredi du mois. Juin 2016.
«Je me confesse d’avoir rêvé de moderniser notre vielle maison et d’avoir construit un garage sous le salon.»
–Claude Pépin
« Je me confesse d’avoir trouvé bien pratique le garage sous le salon.»
– Lise Carrier

Confession du premier vendredi du mois. Mai 2016.
«Je me confesse de m’être battu contre Goliath et d’avoir eu l’outrecuidance de penser que je pourrais gagner».
– Didier Bonaventure


aussiConsultez aussi les récits insolites du 13 du mois.

Avez-vous lu nos récits de restauration?


Passez à la confesse!

N’hésitez pas à nous faire part de vos bonnes ou mauvaises actions (ou pensées) à saveur patrimoniale.

Il suffit de nous écrire, en joignant si possible des photos ou des vidéos.

Utilisez le courriel ou un un service gratuit de transfert de documents (par exemple, We Transfer).


logo© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos, de vidéos ou du texte intégral de cette page ou de tout récit affiché sur ce site.

Cet article Confessions du premier vendredi du mois est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Sauvons la Maison Déry à Charlesbourg ! http://www.maisons-anciennes.qc.ca/nouvelles/maison-dery/ Mon, 03 Oct 2016 16:01:41 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=6290 La Maison Déry et d’autres maisons patrimoniales en danger à Québec: on demande au maire Labeaume d’intervenir. Les Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec et la Fédération Histoire Québec s’unissent pour apporter leur appui à la Société d’histoire de Charlesbourg dans ses démarches visant la préservation de la Maison Déry (rue du Vignoble, arrondissement... Voir l'article

Cet article Sauvons la Maison Déry à Charlesbourg ! est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
La Maison Déry et d’autres maisons patrimoniales en danger à Québec:
on demande au maire Labeaume d’intervenir.

Les Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec et la Fédération Histoire Québec s’unissent pour apporter leur appui à la Société d’histoire de Charlesbourg dans ses démarches visant la préservation de la Maison Déry (rue du Vignoble, arrondissement de Charlesbourg).

Dans une lettre envoyée le 28 septembre, ces deux organismes demandent au maire Régis Labeaume d’intervenir pour freiner la banalisation du paysage architectural de Québec, en retirant le permis de démolition de la Maison Déry.

Du même coup, on lui demande aussi de tout mettre en oeuvre pour la préservation et la mise en valeur de la Maison Villeneuve (arrondissement des Rivières).

Un laisser-faire « aberrant »

« Il nous apparaît aberrant que la ville ait émis un permis autorisant la démolition de la maison Déry alors que l’évaluation patrimoniale du secteur n’est pas encore réalisée », écrivent les deux organismes.

Maison Déry, CharlesbourgLa Maison Déry, dans l’arrondissement de Charlesbourg (Québec).
Photo: Société d’histoire de Charlesbourg.

Les autorités alertées dès 2014

L’APMAQ et la FHQ rappellent que les autorités avaient déjà été alertées, il y a deux ans, face aux menaces planant sur la rue où des trouve la Maison Déry :

« Un minimum de sensibilité à l’égard du patrimoine aurait pu éviter la situation actuelle. En 2014, la Société d’histoire de Charlesbourg, se basant sur l’étude de la firme Maelström créatif, produite en 2009, lançait une alerte sur les menaces qui pesaient sur la rue du Vignoble et le carré de Tracy. Dans son document intitulé Avis sur le plan de conservation du site patrimonial de Charlesbourg, la Société démontre que la richesse patrimoniale de l’arrondissement de Charlesbourg ne se limite pas uniquement au Trait-carré, mais inclus également les deux secteurs déjà cités, tant pour l’ancienneté de l’occupation que pour la présence de nombreuses maisons des XVIIIe et XIXe siècles de grande valeur patrimoniale. La Société recommande alors que ces sites soient reconnus secteurs patrimoniaux et que la zone agricole soit préservée et classée, conditions qui nous apparaissent essentielles à la conservation et la mise en valeur de ces maisons ancestrales et du milieu environnant. »

Et la Maison Villeneuve ?

Les deux associations rappellent au maire Labeaume qu’elles n’hésitent pas à intervenir dans la protection de « petites maisons » car l’expérience montre « qu’elles disparaissent une à une, dans l’indifférence,  contribuant graduellement  à la banalisation du paysage architectural de nos villes villages et campagnes.»

Cette constatation les amène à soulever le cas de la Maison Villeneuve, située au 485, boulevard Louis XIV, dans l’arrondissement des Rivières: «cette maison datant de la fin du 19e siècle, un exemple parfait de la maison « québécoise », a conservé ses revêtements muraux, ses portes et fenêtres anciennes de même que ses galeries couvertes. De plus, son excellent état de conservation devrait faire en sorte que sa conservation et sa mise en valeur ne soulèvent aucun doute dans l’esprit des élus.»

Maison Villeneuve, quartier des Rivières, QuébecLa Maison Villeneuve, dans l’arrondissement des Rivières (Québec).

Photo: Charles Breton-Desmeules.

Et pourtant…

«Alors que se déroulait au cours de la semaine un colloque sur le patrimoine organisé par la ville de Québec, la maison Villeneuve, dont la valeur patrimoniale est reconnue dans les inventaires de la ville, n’était pas une préoccupation», se désolent les deux organismes voués à la sauvegarde du patrimoine.


loupe Voir le texte complet de la lettre envoyée au maire Régis Labeaume par les Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec et la Fédération Histoire Québec, le 28 septembre 2016.


© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page ou de la lettre envoyée au maire Labeaume.

Cet article Sauvons la Maison Déry à Charlesbourg ! est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Journée au vergerSaint-Joseph-du-Lac, 25 septembre 2016 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/reportages/verger-25-septembre-2016/ Sun, 25 Sep 2016 04:00:26 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=6601 Une journée dans les pommes Ce sont les moines de La Trappe d’Oka qui sont à l’origine de la pomiculture dans la région des Basses-Laurentides. Arrivés de France en 1881, les moines trappistes mirent en place une ferme-école, devenue faculté universitaire en 1908 sous le nom d’Institut agricole d’Oka. Leur succès avec les pommiers encouragea... Voir l'article

Cet article Journée au verger

Saint-Joseph-du-Lac, 25 septembre 2016 est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Une journée dans les pommes
201609_063ax_saint-joseph-du-lac

De belles pommes du verger Villeneuve, avec en arrière-plan la maison de Frances Knight et Pierre Villeneuve.

Ce sont les moines de La Trappe d’Oka qui sont à l’origine de la pomiculture dans la région des Basses-Laurentides. Arrivés de France en 1881, les moines trappistes mirent en place une ferme-école, devenue faculté universitaire en 1908 sous le nom d’Institut agricole d’Oka. Leur succès avec les pommiers encouragea la plantation de nombreux vergers dans toute la région et même ailleurs au Québec

verger_villeneuve_img_5104a_chantal-beauregard

Quelques nouvelles variétés de pommes cultivées au Verger Villeneuve, à Saint-Joseph-du-Lac.

Aujourd’hui, la pomiculture constitue l’une des principales activités de Saint-Joseph-du-Lac (MRC Deux-Montagnes, région des Basses-Laurentides).

Des organismes du milieu (comme Agropomme, à la fois un club agroenvironnemental et club d’encadrement technique) s’emploient à répandre les meilleures pratiques dans le domaine, comme la lutte au carpocapse de la pomme par la confusion sexuelle* pour réduire les applications d’insecticides et assurer un environnement meilleur. Les pomiculteurs comme Pierre Villeneuve et son fils David profitent des recherches sur la pomme et du développement de nouvelles variétés, qu’ils nous ont fait goûter pour notre plus grand plaisir : Delbard estivale, Ginger Gold, Honeycrisp, Prime Gold, Rosinette, etc.

*NDLR: N’hésitez pas à vous informer sur la confusion sexuelle du carpocapse, c’est très instructif!
Photos 1: François-Pierre Gingras; 2: Chantal Beauregard.

La maison du Verger Villeneuve

201609_092x_saint-joseph-du-lac

La belle maison de pierre du Verger Villeneuve (Frances Knight et Pierre Villeneuve) date de 1848.

verger-villeneuve-201609_113x_saint-joseph-du-lac_fpg

Photo d’époque de la maison du Verger Villeneuve.

201609_082ax_saint-joseph-du-lac

Pierre Villeneuve et Ronald DuRepos.

201609_102x_saint-joseph-du-lac

Pierre Villeneuve et le président de l’APMAQ Louis Patenaude, devant le four à pain.

verger_villeneuve_img_5096_chantal-beauregard

Bienvenue au verger.

verger_villeneuve_img_5095_chantal-beauregard

Un coin charmant.

Photos 1, 2, 3, 5: François-Pierre Gingras; 4, 6: Chantal Beauregard.

À table

Les participants se sont régalés de tartes aux pommes exceptionnelles servies par les hôtes Frances Knight et Pierre Villeneuve.

verger_villeneuve_img_5100_chantal-beauregard frances-knight-et-pierre-villeneuve_img_5103a_chantal-beauregard1 verger-villeneuve-201609_114x_saint-joseph-du-lac-fpg

Photos 1, 2: Chantal Beauregard; 3: François-Pierre Gingras.

Dans le Verger Villeneuve

La journée était magnifique et les participants ont pu cueillir à cœur joie des pommes de la variété de leur choix dans le verger, avec les bons conseils de Frances Knight et Pierre Villeneuve.

201609_125ax_saint-joseph-du-lac verger_villeneuve_img_5108_chantal-beauregard
201609_141x_saint-joseph-du-lac verger_villeneuve_img_5112_chantal-beauregard 201609_162x_saint-joseph-du-lac

Photos 1, 3, 5: François-Pierre Gingras; 2, 4: Chantal Beauregard.

La maison de David Villeneuve

La maison de David Villeneuve, voisine de celle de ses parents Frances Knight et Pierre Villeneuve, possède une histoire assez particulière : elle fut rescapée vers la fin des années 1980 alors qu’elle devait être brûlée par le service d’incendie dans le cadre d’un exercice pour les pompiers. Elle fut remontée vers 2008.

maison-de-david-villeneuve-201609_083ax_saint-joseph-du-lac

Pierre Villeneuve devant la maison de son fils David.

david-villeneuve-201609_164ax_saint-joseph-du-lac

David Villeneuve.

maison-de-david-villeneuve-201609_136bx_saint-joseph-du-lac

La maison de David Villeneuve. Cette maison figure sur l’annonce des Toitures Versant-Nord, publiée dans chaque numéro de La Lucarne.

Photos 1, 2, 3: François-Pierre Gingras.

La Maison Gauthier-Renaud

Non loin du Verger Villeneuve, la Maison Gauthier fut construite vers 1810 à Saint-Grégoire, aujourd’hui Bécancour, Centre-du-Québec). Elle fut démontée, déménagée et remontée en 2012-2014 à Saint-Joseph-du-Lac par les propriétaires actuels (d’où le nom Gauthier-Renaud) qui ont refait le revêtement en bardeaux.

maison-de-nathalie-lacasse-et-yves-renaud-201609_186x_saint-joseph-du-lac

La Maison Gauthier-Renaud.

maison-de-nathalie-lacasse-et-yves-renaud-201609_185x_saint-joseph-du-lac

Le toit est une réalisation des Toitures Versant-Nord.

maison-de-nathalie-lacasse-et-yves-renaud-201609_189x_saint-joseph-du-lac
maison-de-nathalie-lacasse-et-yves-renaud_img_5116_chantal-beauregard

À côté de la maison, une dépendance remplie de surprises.

Photos 1, 2, 3 : François-Pierre Gingras; 4: Chantal Beauregard.


La journée au Verger Villeneuve à Saint-Joseph-du-Lac

Comité organisateur : Ronald DuRepos, Frances Knight et Pierre Villeneuve.

Coordination pour l’APMAQ: Claire Pageau.

Photoreportage : texte et mise en page de François-Pierre Gingras, photos de Chantal Beauregard et François-Pierre Gingras.


201609_095x_saint-joseph-du-lac

Photo: François-Pierre Gingras.

Les activités de l’APMAQ

Plusieurs visites du dimanches et autres activités sont organisées à l’intention des Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ). Découvrez tous les avantages de devenir membre.

 

 


photoreportageConsultez tous nos photoreportages.

Le Code civil du Québec reconnaît à toute personne le droit au respect de sa vie privée, y compris l’utilisation de son image à toute autre fin que l’information légitime du public. Quiconque apparaissant dans un photoreportage publié sur le site de l’APMAQ et estimant qu’il s’agit d’une atteinte à sa vie privée est invité à s’adresser au secrétariat de l’APMAQ pour demander le retrait de la photographie concernée.


© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Cet article Journée au verger

Saint-Joseph-du-Lac, 25 septembre 2016 est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Casse-tête de restauration? Le Groupe-conseil peut vous aider http://www.maisons-anciennes.qc.ca/lucarne/2016-4_casse-tete/ Tue, 13 Sep 2016 15:47:47 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=5630 Connaissez-vous le Groupe-conseil de l’APMAQ ? Vous envisagez une restauration et vous avez des questions concernant la cheminée, la toiture, les fondations, les types de mortier, les toitures, l’isolation, le respect du cachet patrimonial ou d’autres éléments d’architecture, de structure ou de finition ? Vous avez consulté le site Internet de l’APMAQ (sous l’onglet Info-patrimoine... Voir l'article

Cet article Casse-tête de restauration?

Le Groupe-conseil peut vous aider est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Connaissez-vous le Groupe-conseil de l’APMAQ ?

Vous envisagez une restauration et vous avez des questions concernant la cheminée, la toiture, les fondations, les types de mortier, les toitures, l’isolation, le respect du cachet patrimonial ou d’autres éléments d’architecture, de structure ou de finition ?

Vous avez consmur de pierre de Marjolaine Mailhotulté le site Internet de l’APMAQ (sous l’onglet Info-patrimoine / Restauration) et vous vous sentez toujours démuni ?

Il existe à l’APMAQ un Groupe-conseil qui fournit gratuitement des avis ou des opinions en matière de restauration patrimoniale. Il est composé de membres expérimentés dans le domaine diversifié de la restauration et heureux de « donner un coup de pouce » aux propriétaires.

 

Avant de consulter le Groupe-conseil, prenez plusieurs photos : une vue générale pour montrer le style de votre maison et quelques-unes pour bien illustrer le problème, de préférence sous différents angles. Le cas échéant, des photos anciennes ou du voisinage peuvent aussi être utiles à la compréhension de votre situation par les membres du comité.

Rédigez votre question sans craindre de fournir des détails et l’historique du problème. Mentionnez la localité où la propriété est située, puis envoyez par courriel question et photos à Sophie Martin qui assure la coordination du Groupe-conseil : programmation@maisons-anciennes.qc.ca.

Nous serionsIMG_20160117_170941.jpg par ailleurs heureux d’accueillir d’autres bénévoles férus d’expérience et d’informations techniques sur le patrimoine bâti.

 

 

 

 

 

 


contenuConsultez aussi cette page sur le site Internet de l’APMAQ :
La restauration

 


Article tiré de La Lucarne, automne 2016 (vol. XXXVI:4).

© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Cet article Casse-tête de restauration?

Le Groupe-conseil peut vous aider est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Les tabernacles du Québec des XVIIe et XVIIIe siècles http://www.maisons-anciennes.qc.ca/lucarne/2016-4_biblio/ Tue, 13 Sep 2016 15:46:04 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=5721 Ma bibliothèque Les tabernacles du Québec des XVIIe et XVIIIe siècles Claude Payer et Daniel Drouin Les Publications du Québec, 2016, 272 pages Cette histoire de la sculpture étalée sur deux siècles est l’œuvre de deux spécialistes, soit Claude Payer, restaurateur au Centre de conservation du Québec et Daniel Drouin, conservateur de l’art ancien au... Voir l'article

Cet article Les tabernacles du Québec

des XVIIe et XVIIIe siècles est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Ma bibliothèque

Les tabernacles du Québec des XVIIe et XVIIIe siècles

Claude Payer et Daniel Drouin
Les Publications du Québec, 2016, 272 pages

2016-4 TabernaclesCette histoire de la sculpture étalée sur deux siècles est l’œuvre de deux spécialistes, soit Claude Payer, restaurateur au Centre de conservation du Québec et Daniel Drouin, conservateur de l’art ancien au Musée national des Beaux-Arts du Québec. Elle remet en question certaines certitudes du passé et montre, comme jamais auparavant, les filiations entre les œuvres des sculpteurs de Québec, de Trois-Rivières, de Montréal et d’ailleurs. La créativité des grandes lignées d’artistes, telles les Levasseur, les Baillargé, les Cirier, les Liébert et les Quévillon est enfin reconnue à sa juste valeur.

Le livre présente un répertoire de 84 tabernacles presque tous localisés au Québec le long de la vallée du Saint-Laurent, auxquels s’ajoutent quelques autres découverts en Ontario et aux États-Unis. Pour l’historien d’art John Porter, il s’agit là d’une contribution majeure à l’histoire de la sculpture et des arts décoratifs en Nouvelle-France et après 1760.

Illustré de 200 photos dont une majorité en couleur et inédites, ce livre constitue une œuvre savante tant par le souci constant des auteurs de consulter d’autres spécialistes pour vérifier leurs sources ou en découvrir de nouvelles, tant par les références nombreuses qui permettront à tous ceux qui voudraient mettre en valeur la sculpture québécoise tels les étudiants en histoire de l’art ou en arts visuels. Ceux-ci pourraient ainsi trouver de grandes inspirations dans la rédaction de leur mémoire ou de leur thèse.

par Marie-Lise Brunel

Article tiré de La Lucarne, automne 2016 (vol. XXXVI:4).


leslibrairesCet ouvrage est disponible chez votre libraire indépendant.


© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Cet article Les tabernacles du Québec

des XVIIe et XVIIIe siècles est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Au verger le 25 septembre! http://www.maisons-anciennes.qc.ca/lucarne/2016-4_verger/ Tue, 13 Sep 2016 15:45:02 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=5628 Une invitation à participer à une expérience bien enracinée dans le patrimoine québécois Une journée familiale avec enfants et petits-enfants au verger de la famille Villeneuve aura lieu à Saint-Joseph-du-Lac, le dimanche 25 septembre de 11 h à 17 h. Une occasion de cueillir vos pommes vous-même, d’en apprendre sur l’évolution de la pomiculture au... Voir l'article

Cet article Au verger le 25 septembre! est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Une invitation à participer à une expérience bien enracinée dans le patrimoine québécois

Verger Villeneuve_Ronald Durepos_xUne journée familiale avec enfants et petits-enfants au verger de la famille Villeneuve aura lieu à Saint-Joseph-du-Lac, le dimanche 25 septembre de 11 h à 17 h.

Une occasion de cueillir vos pommes vous-même, d’en apprendre sur l’évolution de la pomiculture au Québec, de voir des chevaux de la race canadienne et de visiter deux maisons ancestrales dont l’une fait partie du verger.

Les participants apportent leur goûter du midi et un dessert classique aux pommes leur sera offert. Les prix comprennent un sac de pommes et un reçu déductible de l’impôt du Québec de 20 $ par adulte.

 

Photo de la maison de la famille Villeneuve: Ronald DuRepos

pommes_x

Faites vite car nous n’avons que 60 places !

Adulte membre : 30 $ – non membre : 40 $

6 à 16 ans : 5 $ – moins de 5 ans : gratuit

Réservation : 450 661-6000

ou info@maisons-anciennes.qc.ca

 

 

 

 


Article tiré de La Lucarne, automne 2016 (vol. XXXVI:4).

© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Cet article Au verger le 25 septembre! est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Pas facile d’être un seigneur http://www.maisons-anciennes.qc.ca/lucarne/2016-4_lafond/ Tue, 13 Sep 2016 15:44:44 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=5625 Jocelyne Lafond, Société d’histoire et de généalogie Lévrard-Becquet Romain Becquet se doutait-il des charges qui l’attendaient en venant en Nouvelle France? Il a bien rempli son rôle de notaire royal. Quant à développer la seigneurie qui lui avait été concédée, ce fut un échec; faute de la mettre en valeur, sa possession seigneuriale lui fut... Voir l'article

Cet article Pas facile d’être un seigneur est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Jocelyne Lafond, Société d’histoire et de généalogie Lévrard-Becquet

Romain Becquet se doutait-il des charges qui l’attendaient en venant en Nouvelle France? Il a bien rempli son rôle de notaire royal. Quant à développer la seigneurie qui lui avait été concédée, ce fut un échec; faute de la mettre en valeur, sa possession seigneuriale lui fut retirée. En décédant à Québec le 20 avril 1682, il laissa deux jeunes orphelines.

C’est Catherine-Angélique, née le 20 avril 1680, qui hérita de la seigneurie; elle était une des filles de Romain Becquet et Louise Mousseau, épouse de Pierre Pellerin qui en fut la tutrice. Elle épousa Louis Lévrard en 1703 et le couple Lévrard-Becquet continua ce que Gilles Masson de Batiscan avait déjà commencé dans le développement de la seigneurie de Saint-Pierre. En effet, dans les contrats de l’époque, Masson s’identifiait comme « seigneur de Saint-Pierre, accordant des terres »; étant donné qu’il n’y avait pas de seigneur présent à Saint-Pierre, aussi bien en profiter, surtout que le défrichement du côté nord du Saint-Laurent notamment à Batiscan, était avancé.

Le premier travail du couple Lévrard-Becquet fut de récupérer le titre officiel de seigneur, ceci grâce à une ordonnance rendue par le sieur Raudot, le 9 mars 1708, « condamnant Gilles Masson et Jeanne Gauthier, son épouse, à déguerpir de la terre, fief, seigneurie de Saint-Pierre ». Il fallut s’entendre avec Masson et les propriétaires des terres par lui concédées et à qui ils payaient cens et rentes. Mais ces propriétaires n’avaient pratiquement pas fait de défrichement, la plupart ne demeurant pas en la seigneurie Lévrard, mais à Batiscan, ne tenant pas feu et lieu à Saint-Pierre. La raison majeure évoquée par les habitants était qu’il n’y avait point de moulin.

Alors, en 1717, Lévrard fit bâtir un moulin « afin de faciliter l’établissement dans la seigneurie ». Il fut construit sur la première terre, lot 1 de la seigneurie, lot touchant la seigneurie de Deschaillons. Érigé sur un bras de la rivière Duchêne, sur une terre ayant huit arpents de front, c’était « un moulin faisant farine, construit en bois, de 30 pieds de long sur 24 de large, sans aucune terre labourable ni prairie ».

2016-4 Manoir St-Pierre-les-Becquets_Charron (20)b

Le Manoir Baby-Méthot, à Saint-Pierre-les-Becquets.
Photo: Luc Charron.

Cette terre avait déjà été concédée par Masson aux dénommés Massicot et Carignan. Ces derniers, en 1723, demandèrent à l’intendant Michel Bégon que le sieur Lévrard soit condamné à leur rendre leur terre dont selon eux, « le sieur Lévrard s’est emparé, sans leur consentement, pour y construire son moulin, et de leur restituer les rentes des terres depuis qu’il s’en est mis en possession. »

Pour sa défense, le sieur Lévrard dit « qu’il a fait bâtir un moulin en 1717 pour faciliter l’établissement dans la seigneurie et que ce moulin est en bon état et qu’il souffre un tort considérable du fait que les concessionnaires n’y tiennent point feu et lieu (…) et ne trouvant point de lieu plus convenable pour placer le moulin que sur la terre des Massicot et Carignan, sur laquelle ils n’avaient fait aucun désert (défrichage), il a été obligé pour l’utilité publique d’y établir son moulin comme le lieu le plus propre de la seigneurie ».

Bégon trancha : il condamne le sieur Lévrard de Saint-Pierre à rembourser cens et rentes sur les terres où il a établi son moulin, à faire de nouvelles concessions dans l’endroit que choisiront, en dedans de trois mois, les propriétaires des terres du moulin qui devront y tenir feu et lieu.

Plusieurs ordonnances de Bégon seront publiées, à la porte de l’église paroissiale de Batiscan (1708-1718-1721…) afin que les habitants tiennent feu et lieu sur les terres qui leur sont concédées, faute de quoi le sieur Lévrard les réunira à son domaine pour les concéder à d’autres habitants.

En 1727, soit 10 ans après avoir établi son moulin, le sieur Lévrard déplorait une fois de plus « que les habitants ne tiennent point feu et lieu quoiqu’ils en soient obligés par leur contrat, jouissent depuis longtemps des terres sans y être établis et sans y avoir fait aucun travaux ou du moins peu de chose, leur intention étant seulement d’en détériorer le bois (…) ce qui met hors d’état d’entretenir le moulin qu’il a fait bâtir et qui lui coûte plus de 15 000 livres et lui cause la ruine totale, ne tirant aucune utilité de ses travaux sur cette seigneurie, faute par les habitants de s’y être établis ».

Louis Lévrard décéda le 1er janvier 1747, laissant la seigneurie à son fils Charles.

Note de la rédaction: ce manoir a été acquis récemment par monsieur Gilles Marchand et madame Denise Gouin qui ont entrepris de le restaurer. Les participants à la visite de Saint-Pierre-les-Becquets ont pu circuler autour de la maison, celle-ci étant fermée en raison de travaux importants. Ils ont bénéficié des excellentes explications fournies par les propriétaires.

2016-4 Baby-Méthot_Beauregard_5029y

Les nouveaux propriétaires Gilles Marchand et Denise Gouin, devant le Manoir Baby-Méthot.
Photo : Chantal Beauregard.


photoreportagePhotoreportage sur la visite à Saint-Pierre-les-Becquets


Article tiré de La Lucarne, automne 2016 (vol. XXXVI:4).

© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Cet article Pas facile d’être un seigneur est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Saint-Ours : compte-rendu d’une visite http://www.maisons-anciennes.qc.ca/lucarne/2016-4_gadbois/ Tue, 13 Sep 2016 15:44:11 +0000 http://www.maisons-anciennes.qc.ca/?p=5613 Pierre Gadbois, membre de l’APMAQ Dimanche, le 10 juillet dernier, le Ville de Saint-Ours accueillait les Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ). Le temps maussade qu’on annonçait s’est quand même retenu et nous avons pu parcourir très à l’aise le circuit patrimonial élaboré par Mémoires de Saint-Ours, un organisme sans prétention, chapeauté... Voir l'article

Cet article Saint-Ours :

compte-rendu d’une visite est apparu en premier sur APMAQ.

]]>
Pierre Gadbois, membre de l’APMAQ

Dimanche, le 10 juillet dernier, le Ville de Saint-Ours accueillait les Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ). Le temps maussade qu’on annonçait s’est quand même retenu et nous avons pu parcourir très à l’aise le circuit patrimonial élaboré par Mémoires de Saint-Ours, un organisme sans prétention, chapeauté par la paroisse Immaculée-Conception de Saint-Ours, pour mettre en valeur son histoire et son patrimoine bâti conservés par des générations d’Oursois et Oursoises.

Réunis dans l’église, nous avons été reçus par monsieur Benoît Côté, curé de la paroisse qui a agi comme maître de cérémonie et présenté les diverses personnalités responsables de l’événement dont monsieur Sylvain Dupuis, maire de Saint-Ours, qui nous a souhaité la bienvenue et madame Madeleine Pérodeau, elle-même guide et propriétaire de la maison Pérodeau que nous avons pu visiter. Elle nous a renseignés sur l’origine et les divers projets de Mémoires de Saint-Ours. Monsieur Côté a lui-même animé la présentation des édifices curiaux dont l’église, le presbytère et le couvent lequel a servi récemment au tournage du film «La Passion d’Augustine». Quatre équipes se sont ensuite formées pour parcourir le circuit patrimonial suggéré dont une en voiture hippomobile conduite par René Pérodeau et animée par sa sœur Madeleine, pour les visiteurs à mobilité réduite.

2016-4 Saint-Ours_Mailhot_5854y

À Saint-Ours, en visite hippomobile conduite par René Pérodeau.
Photo : Marjolaine Mailhot.

Le parcours a été marqué par la visite de quatre maisons anciennes : la maison Marie-Dorion, une mansarde à deux eaux construite en 1905 dans le style Second-Empire, en briques à trois rangées; la maison Pérodeau, une maison en bois lambrissée de briques de style vernaculaire américain, construite vers 1898 par le même bâtisseur que la précédente sur la ferme des seigneurs, ancienne exploitation agricole des seigneurs de Saint-Ours et toujours habitée par les descendants d’Adélard Pérodeau; ensuite, la maison du ferblantier, une québécoise construite en 1922, à même un ancien hangar à grains, voisine de l’ancien atelier du ferblantier Sergias Laventure; enfin, la maison Lapparré-Dorion, une maison d’esprit français en pierres, construite entre 1800 et 1816 par le marchand Jacques Lapparré et occupée plus tard par le docteur Jacques Dorion, médecin, patriote et maire de Saint-Ours.

2016-4 Saint-Ours_Beauregard_5078y

Une belle vénérable du village de Saint-Ours.
Photo : Chantal Beauregard.

Le circuit patrimonial nous invitait à prendre connaissance de nombreux bâtiments anciens de tous les styles et matériaux, depuis la maison d’esprit français, à la maison boomtown ou à toit plat, en passant par les nombreuses maisons de style vernaculaire américain, les québécoises et autres cottages villageois. Le parcours était également jalonné de nombreuses maisons villageoises bien entretenues dont certaines très anciennes et d’autres transformées, lesquelles méritent sans doute d’être mieux connues.

Un gros merci à tous les membres de Mémoires de Saint-Ours pour leur souci de protection et de diffusion de leur patrimoine bâti.

 


photoreportagePhotoreportage sur la visite à Saint-Ours


Article tiré de La Lucarne, automne 2016 (vol. XXXVI:4).

Le Code civil du Québec reconnaît à toute personne le droit au respect de sa vie privée, y compris l’utilisation de son image à toute autre fin que l’information légitime du public. Quiconque apparaissant dans un photoreportage publié sur le site de l’APMAQ et estimant qu’il s’agit d’une atteinte à sa vie privée est invité à s’adresser au secrétariat de l’APMAQ pour demander le retrait de la photographie concernée.

© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Cet article Saint-Ours :

compte-rendu d’une visite est apparu en premier sur APMAQ.

]]>