A+ A-

Entrevue avec Sébastien Bourcier, charpentier

Toiture de cèdre exécutée par Sébastien Bourcier. Crédit photo : Sébastien Bourcier.

Toiture de cèdre exécutée par Sébastien Bourcier. Crédit photo : Sébastien Bourcier.

ENTREVUE AVEC SÉBASTIEN BOURCIER, CHARPENTIER ET PROPRIÉTAIRE DE MAISONS TRADITIONNELLES DES PATRIOTES
La rédaction

Quel genre de formation avez-vous suivie dans votre parcours professionnel? Pouvez-vous nous parler de cet apprentissage?
Étant jeune, mes parents et grands-parents ont démonté six maisons en pièces sur pièces afin d’en remonter trois. Ils ont toujours collectionné les vieux meubles. J’ai donc baigné dans cet environnement pour une bonne partie de mon enfance sans compter le fait que j’ai toujours vécu imprégné de notre héritage culturel.

J’ai travaillé pendant quelques années dans la confection de charpentes massives (poutres et poteaux, avant que les charpentes ne soient construites par une CNC robotisée) dans le cadre d’un cours professionnel en ébénisterie. Ensuite, j’ai eu la chance de faire mon stage avec André Bolduc pour qui j’ai travaillé plusieurs années à restaurer les maisons ancestrales. J’y ai appris le métier.

Sachant qu’une relève devait se faire, j’ai entrepris des démarches pour obtenir une licence RBQ afin de devenir moi-même entrepreneur en restauration.

Le métier de la construction étant très difficile d’accès, et avec des réglementations strictes, j’ai donc décidé de faire un cours d’entrepreneur en construction afin d’avoir tout en main pour bien gérer une compagnie.

André Bolduc a par la suite toujours été présent afin de m’épauler dans mes projets, en temps ou en conseils.

La formation complète, avant de pouvoir moi-même gérer une entreprise, a été d’environ huit à dix ans.

Vous travaillez l’assemblage de bois pour des constructions immobilières. Comment vous y prenez-vous?
Il faut souvent associer les nouvelles méthodes aux anciennes et ce sans que cela paraisse. Nous pouvons construire des reproductions de maisons ancestrales en y intégrant des pièces de bois centenaires récupérées et assemblées à l’ancienne, soit emboitées à tenons-mortaises ou à queux d’arondes.

Nous pouvons aussi reconstruire un bâtiment récupéré en ajustant sa charpente selon les méthodes ancestrales afin de garder son intégrité patrimoniale.

Pouvez-vous me parler du genre de restaurations patrimoniales que vous faites?
Grâce au mentorat d’André Bolduc et aux connaissances qu’il m’a transmises, je peux offrir une gamme complète de services de restauration, c’est à dire, tout ce qui a trait aux maisons ancestrales ou aux méthodes d’antan y inclus la gestion de projets.

Quels sont les projets dont vous êtes le plus fier?
Tous les projets sont spéciaux à mes yeux mais la récupération, modification et reconstruction d’une maison au Mont-Tremblant reste un magnifique accomplissement dont je suis particulièrement fier. C’est la maison Saint-Claire que vous trouverez sur le site web de l’entreprise.

Il y a aussi une maison que nous avons achetée afin de la restaurer et de la revendre. Pendant six mois, la maison a été totalement refaite et modifiée afin d’y intégrer des lucarnes à l’étage. C’est la maison Caron.

Il y a aussi une superbe toiture de cèdre que j’ai faite avec André Bolduc et qui reste à ce jour le plus beau toit que nous avons exécuté.


Article tiré de La Lucarne hiver 2017-2018 (Vol XXXIX, numéro 1).

© APMAQ 2017. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Infolettre

L'infolettre, uniquement en version électronique, est publiée quatre fois l'an généralement entre deux publications de la revue La Lucarne. C'est un moyen de communication rapide et efficace permettant d'être au courant des activités, des événements majeurs et des primeurs de l'APMAQ.