A+ A-

La villa Estevan

La maison Estevan

La maison Estevan

LA VILLA ESTEVAN
Alexander Reford, directeur des Jardins de Métis

Né en Écosse, George Stephen (futur lord Mount Stephen), arrive au Canada en 1850 et fait rapidement sa marque dans le monde de la finance. D’abord actif au sein de l’entreprise d’importation de textile appartenant à son cousin, il gravit les échelons et devient en 1871 un des directeurs de la Banque de Montréal avant d’en assumer la présidence en 1877. Le premier ministre John A. Macdonald, en 1881, fait appel à lui en vue de la construction du Canadian Pacific Railway (CPR) dont il sera, avec William Cornelius Van Horne, un des principaux artisans.

Grand amateur de pêche, il choisit, pour pratiquer son sport, un terrain situé sur un promontoire, dans le village de Grand Métis, d’où on a une vue splendide sur la rivière Métis et le Saint-Laurent. La pêche y est fabuleuse et les couchers de soleil tout autant.

Il y construit son chalet qu’il baptise Estevan soit le nom du code télégraphique utilisé par Van Horne et lui-même dans leurs échanges confidentiels intervenus au cours de la construction du CPR.

Crédit photo : La maison Estevan. Source : Les jardins de Métis.

Crédit photo : La maison Estevan. Source : Les jardins de Métis.

La villa Estevan est flanquée d’une large galerie sur trois de ses côtés. Le salon et la salle à manger sont de vastes pièces aux plafonds fort élevés. Le bois nécessaire à la construction de la villa provenait sans doute de la région de Québec. Cependant, la dimension colossale des arbres de Colombie-Britannique et leur remarquable verticalité ayant fait forte impression sur lui, George Stephen voulut qu’il soit aussi fait usage de ce bois dans son chalet. La maison est alimentée en eau courante à partir d’un ruisseau qui coule à proximité. L’eau est acheminée par un moulin à vent.

L’ameublement de la maison provenait du manufacturier montréalais, S.R. Parson and Sons. Grâce à la marque du fabricant apposée sur chaque pièce, Les Amis des Jardins de Métis ont pu retrouver les meubles de l’époque lesquels avaient été mis aux enchères avant la vente de la maison.

En 1918, George Stephen fait don du domaine à sa nièce Elsie Reford. Celle-ci ajoute une aile à la maison en 1926, année où elle entreprend la création des jardins. En 1955, la propriété passe à son fils, Bruce, qui la vendra au gouvernement québécois en 1961.

La maison et les jardins sont ouverts au public en 1962.  Le domaine appartient depuis 1995 aux Amis des Jardins de Métis, un organisme de bienfaisance qui emploie plus de 60 personnes. Cette même année, les jardins sont reconnus lieu historique national par Parcs Canada. En 2013, la maison et les jardins sont classés immeuble et site patrimoniaux par le ministre de la Culture et des Communications du Québec.

La villa a subi maintes restaurations. C’est ainsi que son toit de bardeaux de cèdre a été renouvelé en 2004 et qu’un système de gicleurs y a été installé en 2013. Des travaux de réfection et de peinture des murs extérieurs se poursuivent actuellement avec l’appui de Parcs Canada et du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

La villa Estevan qui compte aujourd’hui 130 ans, accueille 60 000 visiteurs et une centaine d’événements chaque été. De résidence privée entourée de ses jardins, elle est ainsi devenue un lieu culturel accessible à tous.


Article tiré de La Lucarne hiver 2017-2018 (Vol XXXIX, numéro 1).

© APMAQ 2017. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.

Infolettre

L'infolettre, uniquement en version électronique, est publiée quatre fois l'an généralement entre deux publications de la revue La Lucarne. C'est un moyen de communication rapide et efficace permettant d'être au courant des activités, des événements majeurs et des primeurs de l'APMAQ.