Prix Robert-Lionel-Séguin 2015

Prix Robert-Lionel-Séguin 2015 : Alain Lachance

Louis Patenaude (Président de l’APMAQ), France Girard (chargée de projet au CMAQ), Alain Lachance (Lauréat 2015) et Jacques Blais (membre du jury 2015). Photo: Luc CharronLors de l’Assemblée générale, le 20 septembre dernier, l’APMAQ a remis son prix RLS, visant à souligner l’ensemble de sa carrière, à Alain Lachance. Monsieur Lachance s’est dédié, au cours de ses trente ans de carrière, à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine bâti québécois, plus spécifiquement à celui qui relève de l’ébénisterie, de même qu’à la transmission des savoir-faire en restauration. Il a contribué, par son grand talent, son souci de préservation et son travail selon les plus hauts standards des règles de l’art, à la sauvegarde des boiseries de bâtiments patrimoniaux d’importance au Québec dont le Domaine Cataraqui, la Maison des Jésuites, le Domaine Maizeret pour n’en nommer que quelques-uns. Il s’est employé, par son enseignement, à transmettre ses connaissances à des centaines de jeunes artisans jouant ainsi un rôle important dans la constitution d’une relève à cet égard. Il agit aujourd’hui à titre d’expert pour le Conseil des métiers d’art du Québec (CMAQ) et anime des ateliers de restauration dans le cadre de l’APMAQ.

Note dU 8 décembre 2021 :

C’est avec une grande tristesse que l’APMAQ a appris le décès d’Alain Lachance survenu le 28 novembre 2021. Artisan ébéniste, il était membre émérite du Conseil des métiers d’art du Québec. Sa compétence, largement reconnue, l’a amené à contribuer à la sauvegarde de boiseries de bâtiments patrimoniaux québécois d’importance comme le Domaine Cataraqui, le Domaine Maizerets et la Maison des Jésuites. Par son enseignement, dispensé pendant des années au Centre de Formation professionnelle de Neufchâtel à Québec ainsi que lors de stages qu’il a animés à l’étranger, il a contribué grandement à la constitution d’une relève en matière d’ébénisterie artisanale.

Au sein de l’APMAQ, il s’est avéré un bénévole des plus précieux entre autres, en dirigeant des ateliers-conférences. Il a aussi toujours répondu avec générosité à nos consultations et a accepté, à plusieurs reprises, de siéger au jury de nos prix où il a démontré sa fine connaissance du patrimoine bâti québécois. On se rappellera la visite du Monastère des Augustines de Québec en 2016 où il avait décrit, pour les participants, les détails stylistiques des boiseries à la préservation desquelles il avait travaillé.

Son départ est une perte douloureuse pour le patrimoine bâti québécois et pour l’APMAQ.
À sa famille et à ses proches, l’APMAQ adresse ses plus sincères condoléances.


© APMAQ 2016. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.


Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.