Cri de cœur

15 juillet 2015

Une maison, c’est comme un humain: quelquefois solide, quelquefois plus fragile, vulnérable, quelquefois debout à un âge vénérable. Certaines sont « en péril »; elles ont besoin d’amour et de soins, d’autant plus qu’avec le temps, on les remarque de moins en moins. On passe dans un coin familier sans vraiment les voir; un jour, une maison plus que centenaire disparaît et c’est là que l’on se dit: « Qu’est-ce qui a changé » ? Il me semble que… non, ce n’est pas vrai ! Elle n’y est plus ! J’aurais donc dû…

Et il y en a tellement ! Impossible de toutes les nommer, nous risquerions de froisser les gens qui les ont défendues avec vigueur. Chaque hameau, village ou petite ville en a une ou plusieurs sur sa liste.

Pourquoi ces démolitions ?

Par manque de vision de la part des propriétaires : «Oh, je veux du neuf, j’aime le terrain, le lieu…ce sera plus beau…moins cher et moins éreintant que de restaurer ! »

Par manque de connaissances : « Qu’est-ce que je peux faire pour rendre la maison habitable, je ne sais pas à qui m’adresser, y a-t-il des artisans qui font cela ? Est-ce que ce sera quand même habitable et fonctionnel » ?

Par manque de passion et de sensibilité collective : « J’aime la maison, mais il y en a des semblables, alors laissons aux autres propriétaires le soin de restaurer les leurs…ou « Moi, je reconstruis et je revends, un coup d’argent, ce serait bien ». Et mille autres raisons…

Vous voyez bien que les maisons sont comme les humains ! Et avec les humains, si on a un peu de chance, on finit toujours par espérer que tout n’est pas perdu…

Par Francine Chassé, membre du Comité de sauvegarde de l’APMAQ


  Retour


Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.