Édouard Beaudoin, ébéniste héritier de la tradition

15 juillet 2015

La maison Médéric-Beaudoin de Laval est spécialisée dans l’ébénisterie traditionnelle depuis 1930. L’activité principale de l’atelier, d’abord vouée à la réparation de meubles anciens, s’est orientée graduellement vers la reproduction de meubles anciens d’une qualité exceptionnelle.

Armoire d’esprit Louis XV. Crédit : Clément Locat

Armoire à décor rustique. Crédit : Clément LocatÉdouard Beaudoin a nourri très jeune une passion pour le travail du bois, dont la sculpture. Son père, Médéric, cultivateur de métier, ouvrait en 1930 un petit atelier où, en réparant de vieux meubles, il développa une grande connaissance du patrimoine mobilier. Le fils a marché très jeune dans les traces de son père, fignolant des pièces de mobilier, sculptant même en cachette des journées entières pour vite devenir artisan dans l’atelier de son père. La réparation de corniches et de bases d’armoires anciennes constitua son champ d’apprentissage.

Depuis environ cinquante ans, Édouard a pris la responsabilité de l’atelier de Laval. Il poursuit une production des plus variées, allant des tables et des chaises à l’horloge, du manteau de cheminée aux armoires, bahuts, buffets, bureaux, encoignures et suspensions. Oeuvres de reproduction ou de création, elles portent toutes le sceau d’une réalisation animée par un grand souci du détail et une extrême minutie à toutes les étapes de production. La finition des meubles est faite au naturel ou avec une peinture ancienne à la caséine avec finis durables en plusieurs couches, ce qui donne à ses productions un aspect incomparable. M. Beaudoin utilise surtout le pin de la meilleure qualité mais parfois le noyer tendre et le cerisier. Le merisier entre dans la fabrication de chaises, tables et lits qui l’exigent. La ferronnerie utilisée, d’acier ou de bronze, provient de France où cette production artistique est encore très diversifiée.

Commode à trois tiroirs de type arbalète. Crédit : Clément LocatSouvent copiées ou inspirées d’exemples illustrés dans le livre de Jean Palardy,  Les meubles anciens du Canada Français, la reproduction de grandes armoires, avec éléments sculptés, d’esprit Louis XIII à Louis XVI et de commodes et buffets bas de type arbalète, d’esprit baroque, sont les œuvres les plus marquantes de sa production. Ses chaises et fauteuils, à la capucine ou d’esprit Louis XIII, empaillés ou rembourrés sont également harmonieux et très confortables. Sa production vendue à travers le Québec trouve également preneur à l’étranger.

La fin du 19e siècle avait pratiquement vu disparaître l’ébénisterie artisanale. La révolution industrielle avec l’avènement de la machine-outil a alors permis la production en grande quantité de meubles fabriqués en série accessibles à un grand public. Édouard Beaudoin fait partie des irréductibles qui perpétuent la tradition du meuble fait à la main, témoin de la période artisanale. Ses meubles d’une valeur qui défiera le passage du temps se vendent à des prix souvent inférieurs à des meubles de qualité de la production industrielle. Il permet aux amateurs de se procurer des reproductions, des adaptations ou des interprétations de meubles anciens, témoins du grand talent des anciens artisans et de l’extraordinaire richesse de notre patrimoine mobilier issu d’une longue tradition française.

Par Clément Locat, membre du Comité de sauvegarde et du Groupe-conseil


  Retour


Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.