Ma pierre angulaire

26 mai 2021

Lorsqu’on entreprend le récit de la restauration d’une vieille maison, le devoir de mémoire s’impose même s’il est souvent douloureux. Dans mon petit village de Calixa-Lavallée, parmi les 13 couples qui ont entrepris ce chemin de croix, un seul demeure uni. C’est une épreuve doublement difficile à surmonter, très peu y parviennent. Par pudeur, on soulève rarement cette question qui est pourtant au coeur des travaux de restauration de nos maisons anciennes.


Vous devez être membre pour lire la suite.

  Devenez membre



  Retour


Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.