La quête des origines et ses dérives

23 février 2022

Gérard Beaudet, urbaniste émérite
Professeur titulaire, École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal
Prix Ernest-Cormier 2021, Prix Robert-Lionel-Séguin 2006

Ce deuxième article de l’auteur est la suite de « Restauration — remonter le cours de l’histoire ? » publié dans le numéro Hiver 2021-2022, p. 10-11.

En matière de restauration, la quête des origines a ses adeptes chez les spécialistes du patrimoine dont le plus célèbre a été Viollet-le-Duc. Même si l’idée de donner à un bâtiment une apparence qu’il n’a jamais eue en rebute plusieurs, le restaurateur de Notre-Dame-de-Paris, du château de Pierrefonds et des enceintes de Carcassonne a eu de nombreux émules au Québec. Dans un ouvrage publié en 1974, Michel Lessard et Gilles Vilandré soutiennent que « pour retrouver leur état d’origine, toutes les maisons ancestrales doivent faire l’objet d’une restauration1 ».


Vous devez être membre pour lire la suite.

  Devenez membre



  Retour


Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.