Message

Message important

2024-07-18

On a besoin de vous...

Participez à notre campagne de sociofinancement.

Renaissance à Sainte-Marie

26 mai 2022

Micheline Châtigny

LA GRANDE MAISON ET SA CUISINE D’ÉTÉ

En 2006, un congé sabbatique en poche et une idée de projet pour mes 50 ans me ramènent en Beauce. À la suite de plusieurs recherches infructueuses, une petite annonce dans Le Journal de Québec attise ma curiosité. Une balade dans un rang à la campagne me fait découvrir cette belle d’autrefois. Et me voilà partie un peu naïvement pour une grande aventure afin de lui redonner ses lettres de noblesse et vivre un voyage dans le temps.

La maison sise au 1790, rang Saint-Étienne-Sud, à Sainte-Marie dans la MRC de La Nouvelle-Beauce. Source : Ville de Sainte-Marie, inventaire des bâtiments patrimoniaux 2003-2004 — photo 793.

Modillons de larmiers décoratifs. Source : Inventaire 2003-2004 — photo 798.

Caractéristiques

État de la cuisine d’été en 2014De conception québécoise, la maison principale d’un étage et demi est construite en pièces sur pièces. Son toit à deux versants droits est recouvert de tôle profilée de couleur argent. Son larmier est retroussé et est assorti de modillons décoratifs. La façade est dotée d’une porte double à deux panneaux vitrés avec une imposte à l’aveugle. Autre caractéristique, les six lucarnes sont à fronton triangulaire et à pignon avec avant-toit. Toutes les fenêtres sont à battants. La fondation, elle, est montée en pierres et mortier. La cave avait été recreusée et le sol sous les pierres était retenu par des planches horizontales.

La cuisine d’été adjacente à la grande maison est alors très abîmée par le passage du temps, ses murs sont constitués de planches verticales. Elle repose simplement sur de grosses pierres.

Les travaux commencent…

Renaissance de la maison après une cure de rajeunissement et de nouvelles couleurs.J’ai eu la chance de rencontrer un entrepreneur de la région qui s’y connaissait en maisons ancestrales et qui a eu la patience et la générosité de mener à bien cet énorme chantier. Je tiens à le remercier pour son expertise et son soutien.

Les murs sont d’abord dénudés et révèlent un beau parement de planches à feuillures dont certaines ont dû être remplacées, en particulier sur tout le côté sud-est. Avant d’entamer d’autres travaux, une expertise nous apprend que la maison n’est plus stable sur sa fondation. Il faut la relever et remonter une fondation de 10 pouces d’épaisseur, créant ainsi un sous-sol de 10 pieds de hauteur. La maison a dû être déplacée de quelques pieds ; on y a en même temps installé un drain français. Conséquemment, la cuisine d’été n’étant plus au même niveau, un portique a été ajouté pour joindre les deux maisons. Le toit de tôle a aussi été réparé et peinturé en bleu. La maison affiche alors ses nouvelles couleurs : le bleu et le blanc !

Modification de la porte principale double avec imposte.Un ébéniste de la région a refait 16 des 20 fenêtres de la grande maison selon le modèle initial en installant toutefois des crémones en fonte noire. Les quatre fenêtres de la façade avaient déjà été patiemment restaurées par mes parents. Après 160 ans de loyaux services, la porte principale a dû être remplacée par une nouvelle porte double avec imposte, quoiqu’un peu plus haute pour s’ajuster aux gabarits humains des années 2000.

État de la cuisine d’été, en 2019, après restauration.En façade et sur le côté nord, les galeries ont été refaites avec des balustrades à barrotins tournés. À une étape ultérieure, des soins ont été apportés à la cuisine d’été : sa base a été consolidée par des pierres, et les murs, les portes et les fenêtres ont été remplacés. Elle revit enfin, tout en gardant ses caractéristiques. Les anciennes pierres de la fondation ont servi à construire un muret de soutien le long de l’allée qui mène à l’arrière de la maison. Voici donc un tour d’horizon des travaux effectués à l’extérieur. Dans un prochain article, je pourrai vous entretenir de la suite du projet, cette fois, à l’intérieur de la maison.


Article tiré de La Lucarne – Été 2022 (Vol XLIIII, numéro 3).

© APMAQ 2022. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.


  Retour

Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique de confidentialité.