Contactez-nous!





Une visite à Cowansville

12 août 2019

Une visite à Cowansville
La rédaction

Manoir SweetsburgLe deux juin dernier, Cowansville, en Estrie, a accueilli l’APMAQ pour sa première visite de l’année 2019. Les origines et l’évolution de la ville ont été évoquées par le responsable de la Société d’histoire de la ville, M. Michel Racicot. Depuis les loyalistes en passant par les marchands et les industriels, l’apparition du bureau de poste qui a donné son nom actuel à la ville, l’arrivée en 1870 du chemin de fer, le South Eastern Railway, la banque Eastern Townships Bank, la fabrication de meubles et l’usine de soie, l’histoire de la ville a été racontée en détails et il ne pouvait pas y avoir de meilleure préparation à la visite des lieux.

D’abord succursale de la banque Eastern Townships, la maison Vilas-Bruck de style Second-Empire avec son toit percé de lucarnes à capucines couronnées, garde la marque de sa première fonction. Elle fut, par la suite, transformée en résidence par l’industriel F. W. Vilas, fabriquant de meubles, de mobilier aratoire et de porcelaine émaillée puis elle a été convertie, en 1941, en centre de formation et en club social pour les employés de l’entreprise de textile Bruck d’où son nom. Depuis 1960, la maison abrite le Centre d’art de Cowansville qui possède une belle collection de tableaux de peintres canadiens dont les participants ont eu un aperçu au cours de leur visite.

Banque Eastern TownshipsC’est sur l’ancien site du magasin général de Peter Cowan, le maître de poste qui donna son nom à la ville, que se trouve l’élégante banque Eastern Townships à laquelle a succédé la Banque de Commerce jusqu’à la fin des années 1970. Construit en 1907-08, l’immeuble est doté d’une façade Beaux-Arts d’autant plus imposante qu’on la découvre au bout d’une longue perspective.

Construit vers 1875, le manoir Sweetsburg-Racicot est une grande villa qui, transformée maintenant en gîte, a conservé et, dans certains cas, retrouvé son charme d’origine grâce aux recherches et au bon goût de ses propriétaires. Son immense galerie d’entrée qui décrit un arc de cercle apporte à la façade une allure particulièrement accueillante.

On ne saurait ignorer la maison Nesbitt, imposante victorienne, citée ‘’monument historique’’ en 1991. Elle a été construite en 1881-1882 par George K. Nesbitt d’origine irlandaise qui possédait des moulins sur la rivière Yamaska. L’intérieur a été converti en clinique mais les participants ont pu admirer la façade très ornementée de style Second-Empire et le toit à la Mansart garni de lucarnes à triples fenêtres couronnées.

Bruck-VilasL’église Sainte-Rose-de-Lima, son histoire et son architecture ont été expliquées par M. Paul-Eugène Bélisle dont la connaissance des lieux est sans faille. De style néogothique, l’église fut construite en 1875. Les statues qui ornent l’intérieur sont de belles sculptures sur bois et les vitraux contemporains de l’artiste verrier José Osterrath se marient fort heureusement avec l’ensemble. Il faut noter également les bas-reliefs du célèbre sculpteur Médard Bourgault de Saint-Jean-Port-Joli effectués entre 1945 et 1955.

Les arbres de la ville n’ont pas manqué de retenir l’attention, dont un chêne qui se trouve devant la maison Nesbitt. La circonférence exceptionnelle de son tronc et les nombreuses subdivisions de celui-ci en font, à coup sûr, un élément absolument remarquable du patrimoine naturel de la ville.

La conférence du début a eu lieu dans la salle du Conseil municipal en présence de la mairesse, madame Sylvie Beauregard, qui a pris la parole. L’APMAQ tient à lui faire part de sa gratitude pour sa présence et sa généreuse hospitalité.

L’APMAQ tient à remercier Martial Chartier et son épouse Denise Caron, membres de l’APMAQ, de même que toutes les personnes qui, avec autant d’efficacité que d’amabilité, ont contribué à l’organisation de cette visite.


Article tiré de La Lucarne – Été 2019 (Vol XL, numéro 3).

© APMAQ 2019. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.


  Retour

Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.