Nouvelles



Le patrimoine bâti traditionnel et le principe de précaution

  4 mars 2020

La Lucarne, dans ses numéros du printemps et de l’automne 2019, a publié deux premiers textes d’Yves Lacourcière, le premier por­tant sur « Les essentiels métiers traditionnels de la construction », le deuxième sur « La recherche de l’authenticité ». Voici, en conclu­sion, le troisième article qui porte sur « Le principe de précaution ».

Lire la suite

Coin du mécène : Les dons testamentaires, c’est pour les riches : faux

  4 mars 2020

Les legs testamentaires peuvent donner une fausse impression que ces programmes s’adressent principalement aux gens nantis. Détrompez-vous!

Lire la suite

Mot du président

  4 mars 2020

En décembre dernier, deux nouvelles touchant la préservation de notre patrimoine ont été annoncées ; je profite de ce numéro pour vous en décrire les grandes lignes.

Lire la suite

Location sur Airbnb… vérifiez vos assurances !

  4 mars 2020

Le succès des plateformes de location en ligne (telles que Airbnb) a grandement modifié l’industrie du tourisme. En effet, de plus en plus de voyageurs se tournent vers cette alternative, plus commode et sou­vent moins coûteuse. La plateforme gagne aussi en po­pularité auprès des propriétaires, qui y voient une belle occasion de fructifier leurs maisons secondaires, voire même leurs logements principaux.

Lire la suite

Les derniers développements dans le dossier Huttopia à l’Île d’Orléans

  4 mars 2020

Le projet d’implantation d’un site récréotouristique dans la partie forestière de la pointe d’Argentenay a suscité, dès 2018, la formation de la Coalition citoyenne pour la sau­vegarde de la pointe d’Argentenay ; celle-ci s’est donné pour mission de s’opposer à ce projet afin de préserver la forêt patrimoniale ainsi que le caractère agricole de l’ex­trême-est de l’île qui remonte au XVIIe siècle.

Lire la suite

Note de la page couverture

  3 mars 2020

La maison Adolphe-Basile-Routhier est construite à Saint-Placide vers 1841 par Charles Routhier, le père de Basile. Dans la première moitié du 19e siècle, ce type de maison de pierre dite à murs pignons découverts devient très populaire surtout dans les zones rurales de Montréal et de sa région. Les murs pignons se distinguent par le prolongement de ces murs au-delà du toit, formant des murets qui s’appuient sur des corbeaux. Ces murs sont chapeautés par de larges souches de cheminées.

Lire la suite

  
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45)

Retour
Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.