Ma pierre angulaire

5 décembre 2020

Jean-Robert Grenier

Retrouvez l’article précédent de ce récit

Suite des articles de Jean-Robert Grenier sur sa maison de Calixa-Lavallée parus dans les quatre précédents numéros de La Lucarne.

Décembre 1978, Photo de Jean-Robert Grenier

À l’instar de nos ancêtres bâtisseurs nous, les amoureux des vieux bâtiments, comme je l’écrivais dans un article précédent, cherchons l’authentique. Les frères Goyette de Verchères furent occupés à restaurer le rez-de-chaussée de la maison tout le long de l’été et de l’automne de l’an 1978. Les dix principales étapes de ces travaux furent :

1- Vider le rez-de-chaussée des meubles et des appareils électroménagers et les déplacer à l’étage. Ne pas oublier d’installer un pare-poussière au haut de l’escalier, car… poussière sera et poussière fut !

2- Démolir les divisions intérieures remontant au début du 20e siècle, retirer le crépi du carré intérieur puis nettoyer tout débris restant entre les pièces. Sélectionner les plus beaux échantillons des moulures d’origine afin de les reproduire.

3- Replacer dans les vantaux des fenêtres les barrotins manquants, ces derniers furent retirés au début du 20e siècle pour faire place à de plus grands carreaux de verre.

4- À l’aide d’étais placés sous les poutres au sous-sol, niveler le plancher du rez-de-chaussée en glissant des cales sous les poutres appuyées sur le mur de refend. Une fois le plancher d’aplomb, retirer les étais et réparer les planchers en changeant les madriers lorsque requis. Le quart du plancher fut remplacé.

5- Une fois cette opération complétée, étayer les sept poutres du rez-de-chaussée et niveler le plancher du 2e étage. Nous nous retrouvons donc avec deux étages à niveau.

6- Construire les divisions intérieures à l’aide de planches de pin varlopées et embouvetées.

7- Installer aux endroits requis du clouage de deux pouces d’épaisseur sur les pièces du carré et y clouer les pare-chaises, les plinthes, les boîtiers pour prises et interrupteurs électriques ainsi que sur les faux cadres des ouvertures (fenêtres et portes). Installer les fenêtres et les portes avec leurs moulurations. Finalement, protéger les nouvelles moulures de rubans amovibles afin d’éviter toute éclaboussure lors du giclement des deux pouces de mousse polyuréthane.

8- Scier à l’aide d’une égoïne flexible l’excédent de la mousse polyuréthane des murs du carré et retirer les rubans amovibles de toutes les moulures.

9- Appliquer une première couche de mortier ou gros plâtre de construction directement sur la mousse polyuréthane et laisser mourir le mouvement de la truelle sur la tranche de toutes les moulures en les laissant ressortir d’un gros pouce. Laisser sécher plusieurs jours. Il en résultera un crépi aux multiples petites aspérités prêtes à recevoir les couches de plâtre de Paris qui lui, lorsque bien appliqué et en quantité, aura la texture d’une pierre lisse réfléchissante. Après l’enduction complétée, les différentes moulures devraient saillir d’un demi-pouce à un pouce.

10- Finir la pose des nouvelles moulures sur les divisions du rez-de-chaussée, pendre les portes, mettre en place les différents éléments de forge, pendre la crémaillère à la potence, allumer l’âtre de la salle commune, déboucher une ou deux bouteilles de champagne et… prendre le temps de fêter la fin des travaux, pour cette année !

Le sixième article de la série à paraître dans La Lucarne expliquera la restauration de l’extérieur de ma maison de Calixa-Lavallée.


Article tiré de La Lucarne – Hiver 2020-21 (Vol XLII, numéro 1).

© APMAQ 2020. Tous droits réservés sur l’ensemble de cette page. On peut reproduire et citer de courts extraits du texte à la condition d’en indiquer l’auteur et la source, mais on doit adresser au secrétariat de l’APMAQ toute demande de reproduction de photos ou du texte intégral de cette page.


  Retour


Avant de naviguer sur notre site, veuillez accepter notre politique d'utilisation des cookies.